Soutenez le PS

Adhérez au PS

Réactions d’Aydin Cingi aux primaires socialistes

Etudes d’ingénieur et de sciences politiques. A travaillé comme conseiller ingénieur et politologue, et opéré comme président de « la Fondation pour la social-démocratie (SODEV) entre 2005 et 2009. Ses publications en Allemand, Anglais, Français et Turc portent sur l’analyse quantitative des systèmes de partis, les processus de  démocratisation, l’Europe du Sud, la social démocratie, l’émigration comme phénomène social ainsi que sur des domaines culturels, etc. Actuellement rédacteur en chef de la revue mensuelle « Sosyal Demokrat » paraissant a Istanbul.

 

 

« Le Parti socialiste a organisé, en Octobre 2011, des primaires en vue de désigner le (ou la) candidat(e) qui devrait le représenter lors des prochaines élections présidentielles. Adhérent du PS et ressortissant turc, j’ai également eu le privilège de voter lors de ces primaires, qui constituent un pas démocratique considérable, d’autant plus qu’elles étaient accessibles à tous les électeurs, sans distinction de parti. Personnellement, j’ai eu un pincement au coeur lorsque j’ai accompli cet acte démocratique; puisqu’aucun dispositif habilitant l’électeur turc à désigner les députés censés le représenter n’est pour le moment mis sur pied par le CHP, le parti social-démocrate de Turquie.

 

Augmentant de quelques centaines de milliers de voix par rapport au premier, la participation a atteint trois millions de votants au deuxième tour. François Hollande en est sorti vainqueur. Ce résultat a été perçu par les observateurs turcs comme un signe de tendance de l’électeur français à élire le candidat qui semble être le plus à même de battre l’actuel président lors des élections de 2012. Le départ de M. Sarkozy et l’avènement de M. Hollande auront pour effet non seulement de soulager le peuple français, mais aussi de remettre sur les rails les relations franco-turques. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.