Soutenez le PS

Adhérez au PS

Daphna Poznanski en Turquie – sa lettre d’information

Chers Compatriotes,

Je viendrai vous rencontrer en Turquie du 12 au 19 février prochain. Je me rendrai tout d’abord à Izmir, et je suis heureuse de vous inviter à dialoguer avec moi

le lundi 13 février, à 19h30,

à l’hôtel Kaya Prestige, 1371 Sokak 7, Cancaya, Izmir.

Puis du 14 au 19 février, je serai à Istanbul, avec un déplacement prévu le 17 février à Ankara.

Français d’Istanbul, je vous invite à me rencontrer le mercredi 15 février, à 18h30 au Club de Yildiz Universitesi


Je vous communiquerai dans un prochain courriel les détails de cette rencontre ainsi que ceux de la rencontre avec les Français d’Ankara. Je me réjouis d’avoir l’occasion de dialoguer très bientôt avec vous. En attendant, je vous livre mes réflexions. Elles tournent autour des manipulations politiques consternantes dont nous avons été les spectateurs ce mois-ci.

 

De la manipulation en politique

En politique, toute manipulation ou tentative de manipulation est à proscrire. En outre, elles se retournent souvent contre leurs auteurs. Le Président Sarkozy avait érigé en veau d’or le maintien du triple A de la France. Et la France a perdu ce fameux triple A. Il a été assez pénible de voir le Président, le Premier Ministre et le ministre des finances français tordre le cou à la vérité en nous déclarant qu’il fallait dédramatiser et qu’après tout, ce n’était pas grave. Or la situation en France est grave, et si nous n’y mettons le holà, elle portera atteinte à tous les Français, y compris à ceux résidant hors de France.

Manipulation autour de la loi Boyer

La loi Boyer sur la pénalisation de la négation du génocide arménien, votée en décembre par l’Assemblée Nationale, a été votée au Sénat. Vous l’imaginez, ma douloureuse expérience familiale (2 survivants sur 700 personnes après la Shoah) ne me pousse pas à cautionner le moindre génocide ni le moindre massacre. Néanmoins, quelle que soit la sympathie que l’on peut éprouver pour la cause arménienne, en juriste, je ne puis approuver ce texte de loi. La Commission des Lois au Sénat l’a d’ailleurs rejeté,  l’estimant en contradiction avec des principes reconnus par la Constitution française, telles les libertés d’opinion et d’expression et la liberté de la recherche. La Commission des Lois a fondé son argumentation sur le fait que la notion de « génocide reconnu par la loi » inscrite dans le texte présente un caractère indéterminé, et donc, constitue une atteinte disproportionnée à la liberté d’expression. Un recours devant le Conseil Constitutionnel contre la loi Boyer a déjà recueilli plus des 60 signatures obligatoires.

Manipulation encore avec les attaques mensongères de l’UMP contre les 60 propositions de François Hollande. L’UMP affirme que celles-ci visent les classes moyennes alors que c’est tout le contraire. Les Français aisés payant plus de 150 000 euros de revenus par an devront accepter d’être plus solidaires avec les classes moyennes et les classes plus modestes. Est-ce vraiment choquant ? Les grandes entreprises, plus aidées à l’international par les pouvoirs publics et qui paient moins d’impôts que les Petites et Moyennes Entreprises, n’est-ce pas plus injuste ? Comme beaucoup d’économistes, et avec François Hollande, je pense que les PME  peuvent être l’un des facteurs les plus sûrs pour retrouver de la croissance. Encore faut-il les y aider.

Les menaces contre les Français établis hors de France

Ces manipulations en tous genres ne doivent pas nous détourner de l’essentiel : les attentes légitimes des Français sur l’enjeu réel des prochaines élections des députés des Français de l’Etranger : la défense de nos droits. C’est en effet une chance d’avoir le 3 juin prochain la possibilité d’élire un député en charge de défendre nos droits car nos droits sont sérieusement menacés et dans de nombreux domaines. Partout, je tiens le même langage. Partout, j’explique mon combat depuis 20 ans en faveur des Français résidant hors de France.

A la rencontre des Français de Grèce

Après l’Italie en décembre, je suis allée à la rencontre des Français de Grèce. A Athènes, à Thessalonique, à Héraklion, j’ai ciblé l’étendue des menaces qui nous guettent, nous, Français établis hors de France, et j’ai dit ma détermination, si je suis élue, à parer à ces attaques.

Avec Jean-Yves Leconte, Sénateur (PS) des Français établis hors de France et Chantal Picharles, Conseiller des Français de Chypre, Grèce et Turquie, nous avons eu des échanges de vues avec l’Ambassadeur, le Chef de la Section Consulaire, le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie franco-hellénique, les Chefs de Services de l’Ambassade, les agents consulaires, les parents d’élèves, les enseignants, les représentants du personnel et des élèves des lycées français, des professeurs grecs de langue française et des chômeurs franco-grecs.

Un message d’espoir

Je ramène de Grèce un message d’espoir : l’avenir reste à écrire, dit-on, oui, plus que jamais, l’avenir est entre nos mains. Il sera ce que nous en ferons, à la fois, pour la France, pour les relations franco-turques et pour la 8ème circonscription.

Bien cordialement

Daphna Poznanski-Benhamou

Conseiller des Français à l’AFE

Vice-présidente de l’Assemblée des Français de l’Etranger

 

presse@daphnapoznanski.com

http://www.daphnapoznanski.com

http://www.facebook.com/pages/Daphna-POZNANSKI-BENHAMOU/221868434517138

http://www.youtube.com/daphnapoznanski

http://twitter.com/#!/DaphnaPoznanski

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.