Soutenez le PS

Adhérez au PS

Daphna Poznanski en Turquie – les photos de son séjour et sa lettre d’information

Regardez les photos prises lors du passage de Daphna en Turquie : Istanbul, Ankara, Izmir.

 

Chers Français de Turquie,

Merci ! Merci de l’accueil chaleureux que vous m’avez réservé. Merci à toutes celles et ceux qui se sont mobilisés – Marie-Rose, Evelyne, Zeynep, Bernard, Pascal et pardon de ne pas mentionner les autres, ce qui prendrait la moitié de la page – pour faire de mon déplacement un grand succès. A Ankara, à Istanbul, à Izmir, vous m’avez reçue avec un vif intérêt. En Turquie, du 12 au 19 février, j’ai poursuivi un programme intensif de concertation avec les Français : Autorités françaises, militants socialistes, acteurs économiques, intellectuels, représentants du milieu associatif. En compagnie du Sénateur Jean-Yves Leconte (PS), j’ai visité l’Institut Français, le lycée Saint Benoît, le Consulat Général d’Ankara, l’Institut d’Etudes Anatoliennes, et avec Chantal Picharles, le lycée Pierre Loti – où nous avons fait le point des problèmes spécifiques que l’enseignement français rencontre en Turquie – ainsi que le Consulat Général d’Istanbul. Dans un Ankara enneigé, un chasse-neige m’a ouvert la route du lycée français Charles de Gaulle pour être à l’écoute de ses enseignants. J’ai été reçue à la Délégation Européenne et j’ai eu un échange de vues avec des représentants des entreprises françaises. Mes entretiens se sont poursuivis dans une ambiance sympathique à Istanbul où de nombreux Français se sont rassemblés lors d’un cocktail « vins-fromages ». Enfin, j’ai eu le privilège d’être reçue par le Grand Rabbin de Turquie et par le Recteur de la fameuse Université de Galatasaray, intéressés tous deux par mes positions sur les relations franco-turques.

Partout, avec vous, j’ai constaté la sévère dégradation des liens qui unissent la France et la Turquie, une blessure que nous devons à un homme, le Président Sarkozy, le seul leader français depuis cinq siècles à avoir tourné le dos à l’amitié franco-turque. Un tissu amical constitué de multiples liens depuis François 1er et Soliman le Magnifique, des attaches culturelles, mais aussi commerciales et économiques. A Ankara, à Istanbul, à Izmir, je vous ai dit ma conviction que le Conseil Constitutionnel ne pourrait que prendre en compte l’inconstitutionnalité de la loi Boyer. Ce que le Conseil a fait hier 28 février en invalidant cette loi.

Je vous ai expliqué aussi les projets destructeurs d’une UMPlancée à la conquête de l’électorat de l’extrême-droite – désireuse d’anéantir ce qui reste du modèle social français. Nous devons éviter que l’UMP, menée par les députés Claude Goasguen et Lionel Luca, ne persiste à faire voter des lois contre les binationaux. La loi du 16 juin dernier, entrée en vigueur le 1er janvier, élève de nouvelles barrières pour les couples binationaux. Celle ou celui qui souhaitera demander la nationalité française devra désormais justifier d’un niveau en français équivalant à notre brevet. Bien des Français de France ne l’ont pas ! Par ailleurs, dans son interview au Figaro Magazine, Nicolas Sarkozy a proposé d’imposer des critères de revenus aux rapprochements familiaux des étrangers conjoints de Français. Un très grand nombre d’entre nous seront concernés. Selon que vous aurez des hauts revenus ou non, vous pourrez vivre ou pas, légalement, en France avec votre conjoint (e).

Parcourant notre circonscription, du 16 au 21 janvier dernier, je me suis aussi rendue en Grèce. Dans le cadre de mes fonctions de Vice-présidente de l’Assemblée des Français de l’Etranger, j’ai pu m’entretenir avec l’Ambassadeur de France et les Autorités françaises à Athènes, Thessalonique et en Crète. J’ai rencontré les représentants du milieu associatif. Un petit déjeuner avec le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie franco-hellénique m’a confirmé le rôle fondamental que doivent jouer les PME pour apporter leur part au redressement économique tout en renforçant leur partenariat avec la France. En compagnie du Sénateur Leconte et de Chantal Picharles, j’ai visité le lycée franco-hellénique Eugène-Delacroix. Avec les enseignants, les parents d’élèves et les représentants du personnel, nous avons procédé à un examen approfondi des problèmes auxquels est confronté l’enseignement français à l’étranger et des solutions envisagées pour y remédier. Avec le maire adjoint de Thessalonique, Chargé de l’Environnement, un sujet qui me tient à cœur, nous avons parlé de coopération euroméditerranéenne.

En Israël, fidèle à mes responsabilités, j’ai assuré mes permanences mensuelles à Tel-Aviv, Ashdod et Netanya. Les démarches que j’avais entreprises auprès du Quai d’Orsay pour obtenir deux postes d’agents titulaires spécialisés dans l’état-civil dans les Consulats Généraux de Jérusalem et de Tel-Aviv viennent d’aboutir. L’arrivée de ces agents va enfin permettre de supprimer les difficultés rencontrées par les Français relevant des deux Consulats pour faire inscrire leurs actes d’état-civil.

Fidèle à mes engagements de défendre sans relâche nos droits, je pars à Paris présider l’Assemblée des Français de l’Etranger à partir du 5 mars pour mener de nouveaux combats en notre faveur dans cette instance républicaine.

Bien cordialement

Daphna POZNANSKI-BENHAMOU

 

presse@daphnapoznanski.com                                                                                              http://www.daphnapoznanski.com                                                                       http://www.facebook.com/pages/Daphna-POZNANSKI-BENHAMOU/221868434517138                    http://www.youtube.com/daphnapoznanski                                                     http://twitter.com/#!/DaphnaPoznanski                                                                 http://www.dailymotion.com/daphnapoznanski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.