Soutenez le PS

Adhérez au PS

Témoignage de notre camarade Aydin Cingi – un drame personnel parmi tant d’autres pendant les protestations turques

Chers amis français et amis de la Turquie;

 

Permettez-moi de vous faire part aujourd’hui d’un témoignage personnel concernant les événements de “Gezi” et la violence policière.

 

Opérée, il y a dix mois d’un cancer du poumon, ma femme habite au premier étage d’un immeuble situé à Bomonti, quartier résidentiel près du centre d’Istanbul. Une capsule de gaz lacrymogène lancée par l’un des policiers a brisé la vitre et a atterri dans sa chambre à coucher, le 16 juin, vers le soir. La fumée ayant aussitôt envahi tout l’appartement, ma femme s’est précipitée dehors aussi rapidement que possible, tout en ayant pris le soin de prendre son petit oiseau en cage, ce qui lui a valu de respirer quelques bouffées de gaz supplémentaires. Elle était alors pieds nus et vêtue d’une simple robe de chambre.

 

Depuis ce jour-la, elle séjourne chez notre fils et n’est pas sure de pouvoir regagner son domicile. Les troubles respiratoires dont elle souffrait après l’événement se sont calmés au fil des jours, mais ceux relatifs au rythme cardiaque dus au choc persistent.

 

De mon côté, je me prépare a une guerre juridique. Des que j’aurai complété mon dossier je vais déposer plainte pour “crime contre l’humanité” contre le premier ministre et ses subalternes qui ont ordonné et dirigé la répression policière c’est-à-dire les brutalités injustifiables. La justice dira si l’usage d’armes telles que le gaz lacrymogène en lieu clos met en danger la vie humaine et constitue, de ce fait, un acte criminel. Si telle est la décision de la justice, ce sera d’abord au premier ministre d’en répondre; car c’est lui-même qui a déclaré avoir donné l’ordre d’assaut à la police. En cas de fin de non recevoir de la part de la justice turque, ce sera alors à la Cour européenne de justice de statuer.

 

Aydin Cingi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.